29/10/2007

Nos grands projets actuels (3)

Nos grands projets actuels (3)

4. et enfin au Brésil

Santé et éducation permanente dans les faubourgs de Salvador da Bahia

Numériser00120

Dans les bidonvilles qui foisonnent dans cette grande ville brésilienne et ses environs, nous luttons contre 2 grands fléaux : la formation professionnelle quasi inexistante avec sa conséquence, le non emploi (ne parlons pas de chômage) et la mortalité infantile.

Avec 2 ONG brésiliennes, nous avons mis en oeuvre la construction de 3 centres de développement communautaire et équiper plusieurs autres, où nous luttons contre ces 2 fléaux, avec principalement les activités suivantes  :

  • La formation professionnelle telle que la cuisine, coiffure, coupe et couture, services domestiques, boulangerie, broderie ... et surtout informatique.
  • Discussions éducatives sur les droits et devoirs citoyens, les services publics, la postulation d'un emploi.
  • Un centre de développement communautaire avec spécialisation en pédiatrie et odontologie (prévention, éducation des enfants et des parents, soins curatifs et suivi).
  • La sensibilisation des mamans à l'hygiène, à la santé et à l'alimentation alternative (aliments locaux nutritifs et bon marché) et suivi médical des enfants.

5. Parrainer un enfant

En plus de ces projets, SOS Layettes Solidarité & Développement organise le parrainage d'enfants, en particulier des enfants de villages du West Bengal, villages dont s'occupe un de nos deux partenaires indiens locaux avec lesquels nous collaborons dans ce domaine depuis de nombreuses années.

Régulièrement, le plus souvent chaque mois, les parrains et les marraines nous versent la somme qu'ils destinent à leur(s) filleul(es). Deux fois par an, les sommes recueillies sont transférées à nos partenaires qui les remettent aux enfants.

Ce ne sont pour nous, Européens, que quelques euros, mais cela représente énormément pour ces enfants. Cela permet de participer au financement de leur scolarité, de leur matériel, de leurs vêtements, de leur santé, etc.

Nos ressources ?

Pour la réalisation de plusieurs des projets résumés ci-avant, nous sommes subsidiés par des fonds publics. Quant un projet d'aide au développement est agréé par une de ces organisations, leur subside peut atteindre jusqu'à 5 fois notre apport propre.

La Commission Européenne

La Coopération Belge

La Région Wallonne

Mais notre apport propre, la base de nos ressources, est constitué au jour le jour par tous nos donateurs. Et grâce à l'effet de levier de ces subsides, 1EUR reçu d'un donateur peut devenir jusqu'à 6 EUR pour un projet subsidié.

Pour mener à bien tous ces projets et ceux qui suivront, nous avons besoin d'une grande aide, de votre  aide. Versez vos dons sur le compte de SOS Layettes Solidarité et Développement, 240-0662000-76.

Tout don d 'une valeur égale ou supérieure à 30 EUR est fiscalement immunisé.

SourireSourireSourireSourireSourire

 

 

 

Nos grands projets actuels (suite)

Nos grands projets actuels (2)

2. En République Démocratique du Congo

Les 72 Sources du Kivu

Numériser00123

Le Kivu est une des provinces du Congo qui a le plus souffert des conflits de ces dernières années, viols, pillages, enlèvements  ... Ces désolations se sont ajoutées à une situation sanitaire extrêment précaire.

Depuis 1999, nous collaborons activement avec SOFEBU, notre partenaire local, pour améliorer l'hygiène et la santé dans la région. Dans ce domaine, la condition sine qua non de toute solution est naturellement l'eau potable.

Aussi, en 2004, nous avons mis en oeuvre un projet ambitieux de fourniture d'eau potable. Nous voulons capter et aménager 72 sources. A ce jour, 28 sources sont déjà en fonction.  A terme, 42 villages, soit 40.000 personnes  seront approvisionnées. Mais il y a urgence car une épidémie de choléra menace la région et l'approvisionnement en eau potable permettra de lutter plus efficacement contre ce fléau.

Le 24 sources ont été cofinancées par l'Union Européenne.

3. au Burkina Faso

Hydraulique et Cultures au Burkina Faso

Numériser00125

Le manque de puits et donc d'eau potable amène les populations rurales à utiliser, comme eau alimentaire, l'eau polluée de rivière, de mare ou de citerne, ce qui engendre de graves maladies, parfois mortelles surtout chez les enfants.

La longue période de sécheresse (de novembre à mai) que connaît annuellement le pays, occasionne un déficit chronique en produits vivriers conduisant ainsi à des carences nutritionnelles.

Ce programme vise à apporter une contribution à la solution de ces problèmes, en facilitant l'accès en toute saison, à une eau de qualité et à une alimentation saine et plus équilibrée. Il envisage de réaliser les infrastructures suivantes dans les huit villages du nord burkinabé :

  • Créer 71 points d'eau potable par réhabilitations ou nouveaux forages
  • Creuser 14 puits de grands diamètres pour l'approvisionnement en eau des cultures de contre-saison
  • Aménager 14 ha de périmètres pour des cultures irriguées.

Ce plan de 5 ans (2005 à 2009) a un budget global de 765.000 EUR réalisé avec 2 partenaires locaux, celui-ci est cofinancé par la Coopération Belge.

SourireSourireSourire

Nos grands projets actuels

Nos grands projets actuels

cliquez sur les petites photos du texte pour les agrandir  ...

1. en INDE

L'eau, l'hygiène et la santé dans les villages du West Bengal

Numériser00121

Dans les zones rurales indiennes, une grande majorité des gens sont dépourvus des commodités les plus élémentaires telles que les toilettes, privées ou collectives, avec les conséquences qu'on peut imaginer.

L'eau potable est un autre grand problème. Il n'existe nulle part dans ces villages le moindre réseau de distribution d'eau. L'eau des étangs, des mares ou des rivières constitue pour ces gens la seule eau accessible pour tout usage.

En réalité, plus de cent millions de familles indiennes  vivent, mangent et dorment dans des habitations réduites à une seule pièce, sans eau, sans électricité, sans toilettes. Cette situation induit évidemment des conséquences désastreuses sur la santé et génère une mortalité considérable.

Notre projet s'articule sur 3 activités :

Construire 1.150 latrines privées pour autant de familles.

  • Mettre en oeuvre 100 forages et fournir ainsi des pompes collectives qui donnent aux populations l'eau potable dont elles sont totalement dépourvues.
  • Créer dans 20 villages, des centres de santé visités plusieurs fois par semaine par un médecin et des permanentes de santé formées par nos soins.

Ce projet, cofinancé par la Commission Européenne, est mené en partenariat avec 2 ONG de Calcutta. Démarré en 2006, il se terminera au printemps 2009.

Revivre après le tsunami, îles Andaman et Nicobar, INDE - 12.12

Numériser00122

Après le terrible tsunami qui a ravagé le golfe du Bengale, un immense élan de solidarité s'est dressé pour venir en aide aux victimes.

Grâce aux dons des Belges, SOS Layettes Solidarité & Développement a obtenu un subside substantiel pour aider au relèvement des îles Andaman et Nicobar  touchées de plein fouet par le séisme.

Ce projet a démarré en juillet 2005 sur 17 villages sinistrés. 6 mois après la catastrophe, il ne s'agissait plus d'aide d'urgence mais de reconstruction et de relance des activités économiques. Nous avons pu, avec l'aide d'un de nos partenaires locaux, reconstruire 188 maisons, plus résistantes et plus spacieuses pour les sinistrés.

Nous avons fourni aux enfants et aux écoles le matériel nécessaire à la reprise de la scolarité.

Nous avons enfin rendu un moyen de subsistance aux bénéficiaires de ces villages : fournitures de filets de pêche, remise en état des canaux d'irrigation, relance de l'élevage de chèvres et de volailles et de divers petits métiers locaux.

Ce projet d'un montant total de 450.000 EUR s'est terminé en avril 2007, après 18 mois de travail intense, en collaboration avec notre partenaire et les autorités locales.

SourireSourireSourire